Perspective et Enjeux d'Afrique

Atelier mondial des DDH et activistes à Kampala : Soutenir la justice climatique et les mouvements sociaux pour préserver les acquis en matière de liberté de réunion pacifique et d’association

60

- Advertisement -

Kampala la capitale de l’Ouganda abrite du 8 au 9 avril 2024 un atelier mondial convoqué par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de réunion pacifique et d’association, Clément VOULE. La rencontre réunit 25 activistes et dirigeants de mouvements sociaux, y compris ceux qui travaillent sur le changement climatique et la justice sociale de différentes régions et représentant différents groupes, des représentants des syndicats et des représentants des mécanismes régionaux prennent part à cette rencontre.
Elle vise trois objectifs :
– Partager les défis et les stratégies issus de divers contextes nationaux socio-politiques qui contribuent à renforcer la durabilité et la protection des mouvements sociaux et environnementaux ;
– Identifier les mesures pratiques que les acteurs internationaux et les mécanismes régionaux peuvent prendre pour soutenir l’exercice de la liberté de réunion et d’association, y compris des mouvements sociaux, et leur participation publique à la prise de décision, ainsi que l’accès à la justice ;
– Identifier comment le mandat du rapporteur spécial peut contribuer davantage à soutenir ces mouvements, y compris les besoins spécifiques de ceux qui travaillent à la poursuite de la justice sociale et climatique.
Il s’agira aussi pour les différents acteurs de soutenir la justice climatique et les mouvements sociaux ; préserver les acquis en matière de liberté de réunion pacifique et d’association.
Soutenir les mouvements sociaux pour faire avancer la justice sociale et climatique
Les militants de base et les mouvements sociaux ont joué un rôle clé dans la défense des droits de l’homme et des valeurs démocratiques, ainsi que dans la promotion de l’agenda de la justice climatique et sociale et c’est pourquoi le Rapporteur spécial à poursuivre le travail de renforcement du soutien aux mouvements sociaux.
Le rapporteur spécial des Nations unies dans son rapport à l’Assemblée générale des Nations unies en 2022 sur le rôle essentiel des mouvements sociaux dans la reconstruction du monde (A/77/171), a souligné le rôle important que les mouvements sociaux jouent dans la reconstruction du monde dans le renforcement de la société, y compris dans la promotion et la défense de la justice sociale et de la justice climatique.
Des études empiriques ont également mis en évidence la corrélation entre la force des mouvements sociaux non violents et la consolidation de la démocratie. Les mouvements sociaux sont également essentiels à la construction de la paix et à la résolution des conflits et des crises.
La crise climatique affecte les communautés les plus vulnérables et aggrave les inégalités et injustices sociales, qui sont des causes profondes de conflits aujourd’hui et aggrave les inégalités et injustices sociales, qui sont souvent à l’origine des conflits actuels. Comme l’a annoncé la Banque mondiale, « le changement climatique est plus qu’une crise environnementale, c’est une crise sociale » et que « le changement climatique est profondément lié aux problèmes mondiaux d’inégalité ». La Banque mondiale a également constaté qu' »en l’absence de politiques bien conçues et inclusives, les efforts de lutte contre le changement climatique peuvent avoir des conséquences imprévues », inattendues sur les moyens de subsistance de certains groupes, notamment en imposant une charge financière plus lourde aux ménages pauvres.

Dans ce contexte, les mouvements sociaux, qui amplifient les voix des communautés affectées, sont essentiels pour garantir des politiques climatiques justes, et ces mouvements devraient être engagés en tant que partenaires dans l’élaboration des politiques relatives à la crise climatique et dans le renforcement de la résilience.
Dans son rapport de 2021 sur l’exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et d’association en tant que essentiels pour faire avancer la justice climatique (A/76/222), le Rapporteur spécial a souligné comment l’échec des gouvernements à faire face à la crise climatique en cours a donné naissance à un mouvement social mondial.
Des individus et des organisations du monde entier, notamment des jeunes et des défenseurs de première ligne, se sont levés pour faire valoir leurs droits, pour sensibiliser la population aux défis climatiques et pour plaider en faveur d’une action climatique plus ambitieuse aux niveaux nationaux, régional et international.
Cependant, de nombreux États introduisent de nouvelles restrictions qui criminalisent et répriment les actions de protestation et les mouvements sociaux. Les défenseurs de la justice climatique et sociale sont de plus en plus attaqués à la fois par les États et par les entreprises. Les syndicats ont un rôle clé à jouer dans la promotion d’une transition juste vers des sociétés écologiquement durables de l’environnement, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte, et ont également travaillé aux côtés des OSC pour relever les défis environnementaux.
Dans ses rapports consacrés aux mouvements sociaux et à la justice climatique, le rapporteur spécial a appelé les États, entre autres mesures, à reconnaître et à respecter leur importance et leurs contributions au développement de sociétés saines et prospères et à l’avancement d’un programme de transition juste vers la justice climatique au développement de sociétés saines et prospères et à faire progresser le programme de transition juste vers des économies et des sociétés durables du point de vue de l’environnement ; et à veiller à ce que les mouvements sociaux et les mouvements pour la justice climatique disposent de moyens leur permettant de participer aux processus juridiques institutionnels et politiques.
Une action urgente est nécessaire aux niveaux local, national, régional et international pour s’assurer que ceux qui luttent pour les droits de l’homme, les valeurs démocratiques et la justice sociale et climatique reçoivent le soutien qu’ils méritent, y compris le plein respect de leurs droits à la liberté de réunion pacifique et d’association.
Les questions suivantes ont retenu l’attention des participants :
– Repousser les menaces mondiales croissantes et préserver les acquis de la liberté de réunion pacifique et des droits d’association ;
– Collaborer avec les mécanismes régionaux pour protéger et repousser ensemble les menaces qui pèsent sur les libertés fondamentales
Cet atelier offre une occasion précieuse d’interagir et d’assurer le suivi des efforts conjoints entre le rapporteur spécial et les mécanismes régionaux pour améliorer la protection des libertés fondamentales entre le rapporteur spécial et les mécanismes régionaux pour renforcer la promotion et la protection de ces droits fondamentaux, y compris pour améliorer les réponses des mécanismes aux principales tendances existantes et émergentes qui minent l’espace civique à l’échelle mondiale et régionale. Il explorera également les opportunités et les rôles des mécanismes régionaux dans le renforcement du soutien et de la protection des mouvements sociaux, y compris la garantie d’un espace sûr pour leur inclusion significative dans la résolution des crises, notamment pour parvenir à la justice climatique et sociale.
Dans le cadre des activités conjointes, le rapporteur spécial et les mécanismes régionaux ont publié quatre Déclarations conjointes annuelles depuis 2020, à l’occasion de la Journée mondiale de la démocratie, le 20 septembre. Les Déclarations conjointes axées sur « la liberté de réunion pacifique et d’association et l’utilisation abusive des technologies numériques ».
Cette initiative du mandat du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association a reçu la collaboration et le soutien des organisations suivantes : DefendDefenders, Commission européenne, Solidarity Center, Réseau International Lawyers Assisting Workers (ILAW), International Center for Not-for-Profit Law (ICNL), Centre international pour le droit des organisations à but non lucratif (ILAW) Mouvement mondial pour la démocratie.
En rappel, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association Clément VOULE en poste depuis 2018 est en fin de mandat. Gina Paola Roméro Rodríguez, Experte colombienne en politique et relation internationale lui succédera pour un mandat de trois ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.