Perspective et Enjeux d'Afrique

Le CILSS et ses partenaires font le point de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

34

- Advertisement -

Le nombre de personnes en insécurité alimentaire et nutritionnelle, selon les résultats de la session de novembre du Cadre Harmonisé pour la période de soudure (juin à août 2024), devrait atteindre 44 millions de personnes. C’est autour de cette inquiétude que s’est ouverte la  concertation technique régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’ouest, ce mercredi 20 mars à Lomé.

Cette rencontre technique de concertation du dispositif régional de prévention et de gestion des crises vise à évaluer la situation alimentaire et nutritionnelle des populations au Sahel et en Afrique de l’ouest, en se basant sur les travaux déjà réalisés par les pays.

Pendant les trois jours de travaux, les représentants de la CEDEAO, de l’UEMOA, du CILSS, des systèmes régionaux d’information et des partenaires techniques et financiers, d’évaluer de manière approfondie les causes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui affecte les populations depuis des décennies, et proposer des pistes de solutions pour tenter de renverser la tendance.

« Depuis le mois de janvier, les experts des systèmes d’information au niveau des pays sont mobilisés afin de mener à bien les évaluations définitives des productions agricoles et l’analyse de la situation alimentaire et nutritionnelle de nos populations, à travers les sessions du Cadre Harmonisé », a souligné Dr Sylvain Ouédraogo, secrétaire exécutif adjoint du CILSS à l’ouverture des travaux.

Il n’a pas manqué d’expliquer que la région Sahel et Afrique de l’ouest est confrontée à une crise majeure de sécurité alimentaire et de nutrition qui est aggravée par les sanctions et les mesures de restriction de l’exportation des denrées alimentaires, entraînant une perturbation des chaînes d’approvisionnement, et des hausses de prix des produits alimentaires de base.

Pour une riposte efficace, les gouvernements des Etats du Sahel et de l’Afrique de l’ouest et leurs partenaires, se sont mobilisés pour mettre en œuvre des actions d’atténuation et de soutien entre autres des plans de réponse ou de riposte, l’assistance alimentaire et nutritionnelle, a expliqué Dr Ouédraogo.

En ouvrant les travaux, M. Bouwassi Datcha a, au nom du ministre en charge de l’agriculture du Togo, rappelé que la pertinence des politiques agricoles, leur efficacité sera appréciée en fonction de leur capacité à assurer aux populations un accès adéquat à la nourriture et à réaliser la souveraineté alimentaire.

Il préconise aux experts et techniciens d’orienter davantage leurs travaux vers l’innovation technologique afin de booster les productions agricoles tout en préservant l’intégrité des systèmes alimentaires.

Boris Cyriaque

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.