Perspective et Enjeux d'Afrique

Economie maritime : les Gens de mer se dotent d’une convention collective

37

- Advertisement -

Le Togo vient de franchir un palier significatif dans le développement de son économie maritime. Les Gens de mer (travailleurs maritimes, marins ou non) disposent désormais de leur convention collective.

Le document, fruit d’un long processus entamé en 2019 et impliquant tous les acteurs de l’économie bleue nationale (marins, employeurs, personnel maritime, travailleurs portuaires, pêcheurs, gouvernement), a été officiellement signé le lundi 23 octobre à Lomé.

Approuvée par le ministère en charge du travail et certifiée par le Tribunal du travail, la nouvelle convention entrera en vigueur le 1er janvier 2024. Elle vise notamment à instaurer des conditions de travail justes et équitables pour les acteurs, et surtout, « mettre fin aux conditions de travail désastreuses des gens de mer du Togo », ainsi que l’a souligné le ministre en charge du secteur, Edem Kokou Tengue.

« Cette convention est bien plus qu’un simple accord sur papier. Elle est le résultat de nombreuses négociations entre toutes les parties prenantes impliquées. L’objectif du gouvernement était clair : aligner nos dispositions juridiques nationales et nos pratiques sur la Convention du travail maritime (MLC) de 2006 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Elle devrait prendre en compte les aspects liés à l’emploi des gens de mer, aux congés, au règlement des litiges, aux préavis, aux conditions de rapatriement du marin, et autres situations. La Convention Collective des Gens de Mer du Togo est un document qui incarne notre engagement envers les droits, la sécurité et le bien-être de ceux qui travaillent courageusement pour assurer la livraison des denrées alimentaires, des médicaments et des biens essentiels pour l’économie mondiale », a-t-il expliqué.

Cette étape franchie, des séances de sensibilisation sont d’ores et déjà annoncées à l’endroit de tous les acteurs concernés, afin que l’application de cette convention « ne souffre d’aucune ambiguïté ».

Marie-Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.