Perspective et Enjeux d'Afrique

Arrestation arbitraire de deux opposants : la CTE proteste et appelle à la fin de l’intimidation

44

- Advertisement -

La Conférence des Togolais de l’étranger (CTE) a réagi le 1er décembre 2020 à l’arrestation fin de la semaine dernière des membres de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK). Elle demande qu'ils soient relaxés et en appelle à la communauté internationale.
Gérard Djossou et Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, respectivement chargé des questions sociales et des Droits de l’homme et Coordinatrice de la DMK (un regroupement de parti d’opposition qui a présenté un candidat à la présidentielle du 22 février 2020) ont été arrêtés la semaine dernière à Lomé, puis détenus dans les locaux de la gendarmerie nationale. Ils sont soupçonnés d’atteinte à la sureté de l’État, selon le procureur Essolissam Poyodi. Des arrestations que la CTE dit avoir appris avec « beaucoup de Tristesse et de Regret ».

« Réunie en Téléconférence ce 1er Décembre 2020, la Conférence des Togolais de l’Étranger condamne avec la Dernière Rigueur cette procédure d’arrestation et de détention qui fait entorse aux principes élémentaires universels et Togolais d’enquêtes judiciaires. Il est dommage de constater que les accusations portées contre les deux membres de la DMK ont trait à de prétendus documents. On ne nous parle ni de caches d’armes, ni d’infiltration de mercenaires, ni de bombes dissimulées, ni de formation d’une guérilla. On nous parle de documents relatifs à un projet de manifestations violentes », lit-on dans le communiqué signé du Président de la CTE, Essozimna Benjamin Atchole.

Demandant « avec véhémence la libération immédiate et inconditionnelle des deux militants de la DMK », la Conférence des Togolais de l’Étranger invite « la Communauté Internationale à prendre ses responsabilités face à la dégradation totale de l’état des Droits de l’Homme au Togo ». Et d’ajouter : « Nous invitons le peuple Togolais à rester Vigilant et à ne pas céder aux intimidations et menaces qui sont devenues les moyens privilégiés de ce régime à se maintenir pour Toujours au Pouvoir ».
La DMK dénonce des arrestations illégales dans ses rangs
La DMK dénonce des intimidations et vagues d’arrestation dans ses rangs. Plusieurs militants et sympathisants de ce regroupement continuent de subir les dégâts collatéraux de l’élection de 2020. Le regroupement exige également « la libération immédiate de tous les prisonniers politiques » pour une décrispation de la crise postélectorale dans le pays.
Si le cas de Charles Kodjo Baraka, mécanicien à deux roues de son état a défrayé la chronique pour avoir partagé dans des groupes WhatsApp, une vidéo de Me Joseph Breham, avocat au barreau de Paris, Conseil de la DMK dans le dossier du contentieux électoral qui oppose Agbéyomé Kodjo à Faure Gnassingbé, il n’en est pas de même pour de nombreux autres militants peu connus mais tout aussi engagés. Ces derniers sont sur le qui-vive et rasent les murs et les plus habiles ont dû sortir su pays comme Jean Kponton Quam Dessou sans nouvelle depuis depuis qu'il a dénoncé des brutalités à son égard par des éléments habillés en tenue des forces de défense et de sécurité en juin 2020.
Après la remise du rapport de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR) en 2012 au Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, les togolais ont pensé fermer les pages du passé. Mais à l’approche ou pendant les élections présidentielles, ce sont des vagues de violences, des arrestations arbitraires, des chasses à l’homme que l’on constate. Ce qui remet en cause tout le processus entrepris pour réconcilier les togolais.
Dans quatre et cinq ans, le Togo va encore faire l’expérience des élections législatives, régionales et présidentielles. A quoi doivent encore s’en tenir les membres des partis politiques ? Au même cycle ? Il serait important que le pouvoir en place prenne ses responsabilités pour mettre en confiance afin de sortir le pays de cette torpeur. Des mesures qui aideront les fils du pays en exile de faire leur retour pour contribuer à son développement.
Juliana AKLOBESSI

Les commentaires sont fermés.